3.15. La cure Gerson/Kelley pour guérir de nombreuses maladies graves dont le cancer !

315-Cure Gerson-KelleyPlan suivi pour une présentation rapide mais suffisamment détaillée de cette cure contre les maladies graves :

1. Présentation de la cure de GERSON-KELLEY :
1.1. Qui en est à l’origine,
1.2. Quelles maladies peuvent être guéries par ce protocole ?
1.3. Principes de cette cure.
2. Neuf précisions importantes sur les conditions d’efficacité
2.1. Les jus de fruits et légumes frais doivent être fabriqués par le patient lui-même
2.2. Procéder à une détoxification du corps
2.3. Éviter d’ingérer tout un tas de poisons que le corps devra évacuer

2.4. Une désintoxication psychologique reste indispensable
2.5. Éliminer le sodium (sel de cuisine)
2.6. Les indispensables lavements au café
2.7. Un « régime » végétarien vivement conseillé
2.8. Importance de la pancréatine
2.9. Éviter les nitrates et les nitrites
3. Statistiques et témoignages qui prouvent son efficacité
4. Ne pas oublier de s’interroger sur les causes profondes de toute maladie :
4.1. Critique constructive de la position officielle
4.2. La nouvelle médecine quantique du Dr HAMER
5. Synthèse : comment guérir d’une maladie grave    

1. Présentation de la cure de GERSON-KELLEY :

Le plus illustre des patients du Dr GERSON fut le Dr Albert SCHWEITZER, prix Nobel de la paix en 1952 qu’il guérit à 75 ans d’un diabète avancé de 6 semaines. L’épouse du Dr SCHWEITZER fut aussi guérie par le Dr GERSON d’une tuberculose pulmonaire alors qu’elle était pratiquement mourante. C’est ce qui fera dire au Dr SCHWEITZER : « Je vois dans le Dr GERSON un des plus éminents génies de l’histoire de la médecine ».

(Revenir au plan de cette page)      

1.1. Qui en est à l’origine :

Il n’existe en France qu’un livre disponible en téléchargement gratuit sur le site du célèbre naturopathe Michel DOGNA (« Cancers, guérir hors protocoles ») qui diffuse cette technique (si vous désirez la dernière version) qui présente cette cure de guérison. Elle provient d’un de ses lecteurs (Raymond Hauglustaine) qui en avait entendu parlé outre Atlantique. Plusieurs médecins sont à l’origine de ce traitement entièrement naturel (c’est à dire sans produits chimiques nocifs comme en chimiothérapie) qui forme un tout car leurs différentes approches se complètent. Il s’agit :

  • Du Dr GERSON : d’origine allemande, il a immigré aux USA avant la seconde guerre mondiale. Un centre de thérapie qui porte son nom existe toujours aujourd’hui avec un insolent taux de réussite concernant les cancers : 40 % de rémissions en phase terminale !
  • Du Dr KELLEY qui a guéri d’un cancer du pancréas en phase terminale à l’âge de 37 ans. Il vérifia d’une part les bienfaits de la cure GERSON sur 42 années et à travers 33 000 cancéreux qui ont grâce à elle recouvert la santé, et, d’autre part, il a complété les travaux du Dr GERSON (focalisé sur le foie) en comprenant l’implication directe du pancréas dans la destruction des métastases.
  • Du Dr BEARD, enfin, de l’Université d’Édimbourg qui, dès le 19° siècle (ouvrage édité en 1911) avait découvert le mécanisme permettant de désamorcer le développement des cellules cancéreuses grâce à la pancréatine.

(Revenir au plan de cette page)   

1.2. Quelles maladies peuvent être guéries par ce protocole ?

Cette cure est souvent et essentiellement présentée comme un « traitement anti-cancer » eu égard au fait que cette maladie (véritable fléau qui ne cesse de croître) concerne aujourd’hui, suivant les sources, entre 10 et 15 millions de décès par an dans le monde alors qu’elle était rare (ou réservée aux gens âgés dont le foie était malade) au début du 20° siècle.

Cependant, de part sa vision globale de l’individu (holistique), elle n’en est pas moins efficace pour une foule d’autres maladies dont (liste complète ICI de plus de 50 dysfonctionnements, recopiée à partir du livre de Michel DOGNA) : tuberculose, épilepsies, dépression, diabète, fibromyalgie, cirrhose, sclérose en plaques, asthme, arthrite, obésité, etc.

(Revenir au plan de cette page)   

1.3. Principe de cette cure :

Même si elle est décrite et a été reproduite sur beaucoup de sites, je vous conseille de vous reporter à la dernière édition du livre (petit fascicule de 68 pages seulement) de Michel DOGNA qu’il a complété et argumenté en fonction des résultats obtenus dans sa pratique. C’est, vraiment un gage de sérieux et de professionnalisme.

Elle prône l’utilisation (comme expliqué ICI dernière mise à jour en septembre 2014 – Visitez son site pour les mise à jour !) de jus très frais de fruits et légumes alternés soigneusement sélectionnés associés à un régime sans viande, sans aucun produit laitier ou industrialisé, où le sel est remplacé par du potassium et de l’iode, et surtout complété par des lavements au café qui réalisent un nettoyage interne exceptionnel par les voies biliaires et un apaisement complet des grandes douleurs (sédatif naturel exceptionnel découvert par hasard dans les tranchées de la première guerre mondiale).

Voici la procédure plus détaillée en 8 points :

  1. Des jus de fruits et de légumes très frais à faire et à boire dans la demi heure,
  2. Un apport spécifique de sels de potassium (Kali’claire) avec suppression du sodium (sel de cuisine),
  3. Apport d’iode sous forme de Solution de LUGOL (préparation en pharmacie),
  4. De la pancréatine vendue en pharmacie sous le nom de CREON ou de EUROBIOL gastro-résistant,
  5. Des lavements au café (vidéo de 6 minutes avec utilisation d’un café BIO … bien entendu !),
  6. Aucun jeûne n’est exigé : il faut par contre supprimer des repas les graisses, huiles, tous les produits laitiers (même cachés dans les recettes !), les œufs, le soja (à cause des graisses qu’il contient), la lécithine de soja, toutes les protéines animales contenues dans les viandes et poissons., le café (cette boisson perturbe la fonction des capillaires et augmente les contractions de l’estomac), les vitamines (pris à part sauf la vitamine B3) et compléments alimentaires (calcium, minéraux, magnésium, …) divers qui dérèglent le système, aucun traitement hormonal (bonnes réactions au départ mais décès constaté peu après malheureusement), l’alcool, les boissons gazeuses, les fixatifs capillaires, désodorisants chimiques, les huiles réchauffées (fritures),
  7. Apport de chlorophylle concentrée vendue sous le nom de QUANTAPHYLLE (1 à 2 gélules matin et soir).
  8. Éviter toutes les préparations industrielles car bourrées d’additifs chimiques (pâtisseries commerciales, préparations toutes prêtes, etc.) dont les incidences sont catastrophiques comme l’explique cette vidéo :

(Revenir au plan de cette page)   

2. Neuf précisions importantes sur les conditions d’efficacité de cette cure :

Afin de mieux cerner les exigences de cette cure qui expliquent aussi ses étonnants résultats (on n’a rien sans rien !), voici 9 précisions importantes :    

2.1. Les jus de fruits et légumes frais doivent être fabriqués par le patient lui-même :

C’est nécessaire pour qu’ils soient consommés très frais et très rapidement après leur fabrication (dans les 30 minutes sauf s’ils ont été conservés sous vide (livre page 63). Pour cela, il faut utiliser obligatoirement un extracteur de jus qui, grâce à sa très faible vitesse de rotation, presse les fruits et légumes à froid pour sauvegarder tous leurs enzymes et vitamines.

Voici un exemple d’extracteur (garantie 20 ans et pas plus de 63 tours/minute) contrairement aux centrifugeuses qui détruisent les enzymes et certaines vitamines (trop grande vitesse de rotation).

Le but ici est de faciliter l’assimilation de substances nutritives exemptes de toxines par l’appareil digestif qui, pour tous les malades atteints de cancer est toujours très empoisonné. Pour cela, il ne faut surtout pas, en ingérant ces jus de fruits et de légumes, remplir le corps d’impuretés, pesticides, métaux lourds ou autres poisons d’où la nécessité de ne consommer que des produits BIO.

Car la nourriture moderne, ne nous trompons pas, est mise en bouteilles ou en conserves, ionisée, empoisonnée, colorée, surgelée, aspergée d’additifs ou autres acides. Elle est devenue morte au sens littéral : sans aucune énergie éthérique que notre corps réclame, surtout lors de ces périodes de diète, de stress ou de maladie. Comment guérir des gens très malades (donc les détoxifier) en rajoutant quotidiennement du poison dans leur organisme ?

De plus, il est désormais scientifiquement prouvé (cf. vidéo ci-dessous diffusé par ARTE en 2017) grâce à des essais sur des souris (essais sur les humains confirmés par la technique de la cure du Docteur Breuss) que le fait d’éviter de manger normalement en n’ingérant que des jus de fruits et de légumes se rapproche du jeûne dont les vertus anti-cancéreuses ont été démontrés (en « affamant » les cellules).

Résumé dans cette vidéo passionnante (21 minutes) :

Ou dans celle-ci un peu plus longue (55 minutes) :

(Revenir au plan de cette page)   

2.2. Procéder à une détoxification du corps :

Le Dr GERSON a mis l’accent sur le rôle prépondérant de l’élimination de ses déchets et toxines grâce aux émonctoires (les organes ou canaux qui s’en chargent). Parmi eux, outre les intestins, la peau, les voies respiratoires ou les reins, ce médecin a réalisé que le foie était de loin le plus important.

En effet, tous les quart d’heure, tout le sang y est filtré afin d’être détoxifié. Ces déchets passent ensuite par les conduits biliaires afin d’être éliminés par la bile. Ceci explique pourquoi d’autres spécialistes ont eu, eux aussi, conscience de l’importance du rôle des multiples fonctions de cet organe (le plus gros du corps) pour notre santé, d’où la présentation dans ce site, de la cure du foie d’A. MORITZ, comme une cure préalable indispensable au maintient de tout équilibre dans notre corps physique (à répéter sans modération plusieurs fois dans l’année). (Revenir au plan de cette page)   

2.3. Éviter d’ingérer tout un tas de poisons que le corps devra évacuer :

Il faut signaler qu’il est complètement contradictoire de vouloir détoxifier le corps d’un côté et, d’un autre, comme le souligne le  Dr GERSON, lui injecter tout un tas de médicaments allopathiques qu’il s’agisse de ceux liés à la chimiothérapie, véritables poisons ou d’anti-douleurs chimiques puissants comme la morphine, la codéine, du démérol, etc. (que le corps devra évacuer).

Il est clair que cette cure suffit à elle-même mais étant donné l’état actuel de la législation française en ce qui concerne les soins médicaux, les médecins n’ont pas le choix que de conseiller de suivre le « traitement officiel » c’est à dire celui qui rapporte des milliers d’euros par patient aux laboratoires sous peine d’être destitués et/ou d’aller en prison comme beaucoup : Dr Ryke Geerd Hamer, Dr Wilhelm REICH, Dr MOULINIER, Dr Michel HENRARD, Dr Alain SCOHY

De toutes manières, le patient, qui a son libre arbitre, décidera lui-même ce qui est bon pour lui. (Revenir au plan de cette page)   

2.4. Une désintoxication psychologique reste indispensable :

Cette cure est absolument géniale pour guérir le corps physique, même si, en cas de maladie grave, une phase terminale est engagée. En effet, il est essentiel de savoir qu’une détoxification physique du corps entraînera aussi une désintoxication psychologique de l’individu.

Elle permettra donc – et c’est absolument nécessaire – de l’aider à résoudre les causes de l’apparition de la maladie, quelles qu’elles soient. Pour ce travail, une analyse détaillée avec un thérapeute est sans aucun doute nécessaire et je conseillerai, dans ce sens, des thérapies comme l’hypnose pour guider et influer positivement l’inconscient et un traitement énergétique complet pour rétablir l’équilibre au sein des corps subtils.

Voir ci-dessous les recherches d’un médecin, le Docteur Julien Drouin qui a décelé l’importance des chocs émotionnels dans l’apparition du cancer (apparu dans sa famille) et qui, de ce fait, a fait de nombreuses recherches sur les études scientifiques qui étudient les liens entre chocs émotionnels et cancer. Il va loin dans ses travaux et étudie l’épigénétique, la reprogrammation tumorale, la régulation des cellules souches ou le rôle central du nerf vague, toujours avec un désir de rester très objectif et scientifique et rien connaître ou faire référence aux travaux du Dr Dr Ryke Geerd Hamer. Depuis, il pratique dans ses soins la psychologie énergétique et il accompagne ses patients cancéreux en leur prescrivant de  la méditation  et des séances de libération émotionnelle EFT (Emotional Freedom Technique), ce qui lui a valu les foudres de l’Ordre des Médecins…

Voir dans ce sens les causes profondes de toute « maladie » (Revenir au plan de cette page)

2.5. Éliminer le sodium (sel de cuisine) :

C’est essentiel car le corps va rapidement en manquer et ses cellules vont absorber à la place le potassium prescrit dans la cure qui, avec les enzymes des jus de fruits et de légumes frais, vont finir par tuer les masses cancéreuses en provoquant leur oxydation.

Toutes ces cellules mortes devront maintenant être résorbées dans le flux sanguin afin d’être évacuées. C’est le rôle de la détoxification. Ainsi, le Dr GERSON insiste sur le fait qu’un régime sans sel rend possible la guérison de troubles aigus ou chroniques de tous types.

Un individu en bonne santé doit donc limiter au maximum le sel et s’assurer, par une bonne alimentation (végétarienne BIO si possible !) un apport régulier de minéraux, vitamines et enzymes (présents dans l’alimentation crudivore), et ce, beaucoup plus, que la quantité de protéines ou de calories ingérées ! (Revenir au plan de cette page)    

2.6. Les indispensables lavements au café :

Ces lavements au café, d’une part, calment la douleur (arrêt de la prescription des calmants et médicaments anti douleurs) et, d’autre part, détoxifient le corps : le foie n’est pas engorgé et les intestins sont libres de déchets et toxines.

Pendant le lavement (soit 12 à 15 minutes), le café est retenu dans les intestins et, en même temps, le sang du corps est filtré au moins 5 fois par le foie. Elle intensifie l’activité enzymatique : enzymes métaboliques pour la réparation, la formation et le bon fonctionnement des cellules, et enzymes digestives pour la décomposition des aliments ingérés. La régénération des tissus de notre corps est améliorée également. (Revenir au plan de cette page)   

2.7. Un « régime » végétarien vivement conseillé :

Lorsque le patient est totalement guéri (cure ET analyse des causes), il est bien entendu évident qu’au niveau alimentaire, un régime végétarien est vivement conseillé. Tout dépendra des « possibilités de rétablissement du foie » comme le précise lui-même le Dr GERSON car cela demande environ 1,5 an pour que le foie se rétablisse entièrement…

Ce dernier cite le cas d’un de ses patients qui, atteint d’une « algo-dystrophie musculaire progressive » (maladie incurable officiellement à 100 %) a tenu à garder, une fois guéri, personnellement et pour toute sa famille et jusqu’à la fin de ses jours tellement il se sentait bien un régime végétarien strict.(Revenir au plan de cette page)    

2.8. Importance de la pancréatine :

Le Dr KELLEY a démontré qu’un ensemble de « circonstances » va dramatiquement diminuer la production de pancréatine qui est une substance capable de neutraliser des milliers de « micro cancers » qui naissent tous les jours dans notre corps. En effet, 35 % des femmes accidentées de la route et autopsiées révèlent posséder un foyer cancéreux alors qu’elles n’avaient apparemment aucun problème de santé avant de mourir.

Comment naissent ces « micro-cancers » ? Grâce par exemple à :

  •  l’excès d’hormones femelles dans le sang dus aux laitages, viandes, poissons d’élevages, bière…
  • un trop grand apport de protéines qui mobilisent trop le pancréas,
  • ou un traumatisme physique ou psychique.

Le pancréas a donc un rôle primordial car (entre autres) il produit des enzymes digestives (féculents, graisses, protéines) et, intéressant, il digère les déchets du métabolisme cellulaire et, plus généralement, les cellules susceptibles de se transformer en métastases.

On a d’ailleurs distribué pendant plus de 50 ans un produit comme le « cardozan », un extrait pancréatique, dont le but était d’aider le pancréas justement dans cette tâche. Mais il a disparu du marché en France car, officiellement, c’était un médicament non « suffisamment éprouvé » ! Des médecins qui le connaissaient et le prescrivaient pour son efficacité ont été condamnés !

Mais heureusement d’autres produits, comme ceux conseillés dans le livre (CREON notamment) existent. Le Dr KELLEY a même eu l’idée de mettre au point une technique qui permet à chacun d’entre nous, sans l’aide de personne, de vérifier si on est porteur ou non d’un quelconque dysfonctionnement du pancréas et même de prévenir l’apparition d’un cancer !

Cette procédure, décrite en détail à la page 49 du livre, consiste à ingérer ce CREON pendant 6 semaines et d’observer ce qui se passe pour savoir si tout va bien ou si une tumeur maligne est présente ou si, encore, une masse tumorale pourrait se développer dans les 2 à 4 ans. Pour finir, il est important de savoir que ce sont les premiers 35 cm de l’intestin grêle qui déclenchent ou pas la production de pancréatine sauf s’il est constamment « malmené » par des toxines et poisons en tout genre ! (Revenir au plan de cette page)    

2.9. Éviter les nitrates et les nitrites :

Un type particulier de pollution doit attirer notre attention. Il s’agit d’un côté des nitrates souvent très présents dans l’eau « potable » du robinet, et de l’autre côté, de substances très proches appelées « nitrites » utilisés dans la conservation des aliments (viandes notamment avec les sels de nitrite).

Ces produits, très solubles dans l’eau, ont la faculté d’oxyder le sang c’est à dire de l’empêcher de transporter l’oxygène nécessaire aux cellules de notre corps, ce et qui débouchera, immanquablement, sur la création de métastases.

Tout ceci bien entendu peut intervenir indépendamment des fonctions immunitaires du corps qui peuvent, simultanément être excellentes. Ainsi, on comprend pourquoi on assiste à des guérisons surprenantes après une simple sur-oxygénation du patient et ce, sans qu’il y ait une quelconque origine « psychique » de la maladie.

Voilà pourquoi il est préconisé la prise de chlorophylle concentrée (pour régénérer, nettoyer le sang, convertir le gaz carbonique en oxygène) vendue sous le nom de QUANTAPHYLLE (1 à 2 gélules matin et soir).

(Revenir au plan de cette page)    

3. Statistiques et témoignages qui prouvent son efficacité :

L’équipe de l’institut GERSON à San Diego aux USA :

315-Cure-Gerson-Kelley-3-Staff Gerson institut

 

315-Cure Gerson-Kelley-3-Statistiques

Les statistiques des patients décédés et qui avaient suivis cette cure (cf. tableau ci-contre, page 26 du livre de Michel DOGNA) montrent une réelle efficacité de ce traitement, surtout s’il est engagé au début de la maladie (stades 1 & 2) plutôt qu’au stade terminal (« 3 C ») et ce, quelque soit le type de maladie (très souvent grave et en phase terminale) dont le patient était atteint.

On notera que, dans le cas particulier du cancer, l’autopsie pratiquée sur les patients décédés a révélé qu’ils n’avaient plus aucune cellule cancéreuse dans leur corps.

Leur mort est en fait consécutive à une cirrhose, donc à la défaillance du foie, 6 mois à 2,5 ans après la cure. D’où l’importance de surveiller cet organe (voir cure préventive sur le foie) et de rétablir ses fonctions car les cellules hépatiques (du foie) se renouvellent toutes les 4 à 6 semaines en moyenne et il faut pouvoir en assurer 12 à 15 nouvelles générations afin de permettre un rétablissement correct soit une durée de un an et 6 mois.

N.B. : un patient est considéré comme guéri si les examens d’urine et du sang le confirment.

Témoignage de Michel DOGNA qui s’est rendu sur place au sanatorium du Dr Max GERSON à San Diego aux USA (retranscription du texte page 25 et 26 du livre) :

« Je me suis rendu dans le sanatorium du Dr GERSON à trois occasions différentes. Chaque fois, j’y ai passé de huit à dix jours. J’ai vu des patients arriver en ambulance, sur des civières – exactement comme le Dr GERSON l’a raconté – des cas désespérés de cancers métastasés du foie, des intestins, avec parfois des obstructions. Des patients qui avaient pris de la morphine toutes les trois ou quatre heures. À mon grand étonnement, et dix jours plus tard, je voyais que ces patients pouvaient se promener, sans souffrir. J’étais tellement renversé que je ne pouvais pas comprendre. C’était tellement incroyable que j’ai une fois, invité mon fils qui étudiait la médecine, à m’accompagner pour qu’il puisse voir ces choses. Il n’y avait pas que des cancers, car j’ai vu là des cas d’autres maladies dégénératives de toutes sortes. Autres témoignages des patients sur le site de l’institut (en anglais) et dans les livres écrits par le Dr GERSON.

(Revenir au plan de cette page)    

4. Ne pas oublier de s’interroger sur les causes profondes de toute maladie :

Les causes d’un dysfonctionnement qui restent parfois bien cachées ou même souvent très enfouies en nous, ont été déjà abordées dans ce site dans la page liée à la sagesse de la maladie où il a été distingué les causes purement physiques, celles psychiques ou encore celles liées à des déséquilibres inscrits dans nos mémoires.

Ici, il est question de maladies graves qui, malheureusement, sont de plus en plus présentes et nombreuses autour de nous, voire considérées souvent comme incurables. Il m’a donc paru primordial d’expliciter un peu les arguments avancées par les tenants d’une médecine holistique, intégrative en procédant à une critique constructive de ceux, à l’opposé, exposés par la médecine officielle.

Dans tout ce qui a été expliqué dans cette page jusqu’à maintenant, il a seulement été question de présenter la cure en tant que telle en insistant sur les dangers des pollutions purement physiques. Mais sont-elles les seules à déclencher des dysfonctionnements si graves et dont l’issue est très souvent mortelle ? Quelles en sont les causes réelles ? Car, à n’en pas douter, elles sont forcément multiples…  

4.1. CRITIQUE CONSTRUCTIVE DE LA POSITION OFFICIELLE :

Dans ce domaine, la pensée officielle et son modèle institutionnel ne s’intéresse pas beaucoup aux causes originelles des maladies, sinon à invoquer le hasard, des produits nocifs pour la santé, le patrimoine génétique…

Prenons l’exemple du cancer : le discours officiel pense que l’apparition d’une cellule anormale est tout naturellement due à une substance pathogène, qui a provoqué un dérèglement se caractérisant par la démultiplication, à une vitesse exponentielle, de nos cellules auparavant parfaitement saines.

Ce modèle, apparemment logique et qui semble rendre compte des observations de la maladie a néanmoins de sérieuses lacunes comme l’explique Boris SIRBEY dans son livre « La vérité sur le cancer que la médecine ne vous dit pas encore » (Néosanté éditions) :

  • L’organisme abrite en permanence en moyenne 300 cellules cancéreuses par jour qui sont automatiquement éliminées par le système immunitaire qui les identifient comme indésirables. La médecine officielle n’explique pas pourquoi, dans ce cas-là, un corps (très complexe) programmé pour s’auto-réguler (les spécialistes parlent d’homéostasie) ne réagit-il pas ? Nous sommes de plus en plus nombreux à penser qu’il existe bel et bien d’autres interactions, physiques que nous avons détaillées ci-dessus et psychiques (à voir ci-après) susceptibles d’enrayer cette merveilleuse machine qu’est le corps humain.
  • Comment expliquer le développement très rapide de cancers qui se manifestent en quelques semaines (au lieu de plusieurs années d’ordinaire) ? La médecine officielle postule dans ce cas là pour une « erreur » qui aurait été commise au niveau des examens, le cancer étant forcément bien présent avant d’après eux… Pourquoi ne pas reconnaître simplement que d’autres « volontés« , moins palpables, plus psychiques certes mais tout aussi puissantes sont aux commandes dans ce cas-là ?
  • Que penser des cancers « en sommeil », des tumeurs inactives qui ont cessé, on ne sait pour quelle (s) raison (s) de se multiplier ? Cela contredit la thèse officielle de la « croissance mécanique » (tumeurs censées se démultiplier jusqu’au décès) car, dans ce cas, le patient vit normalement en dépit de la présence de ces tumeurs. Il en est de même quant à la présence dans notre corps de bactéries ou virus pathogènes très virulents qui, pour autant, ne dégénèrent presque jamais, heureusement, en maladies… N’existe-t-il donc pas, à l’évidence, une autre logique plus subtile qui régit tout cela ?
  • Enfin, comment expliquer les rémissions spontanées du cancer obtenues en l’absence de tout traitement médical ? Comment un cancer, censé croître officiellement de manière systématique peut-il disparaître naturellement s’il s’agit, d’après eux, d’un processus mécanique et irréversible ? Peut-être tout simplement parce que ce n’est pas le cas… Sans parler des cas de patients en phase terminale (cf. ci-dessus au § 3) qui, grâce à la technique du Dr GERSON recouvrent la santé. Pourquoi ne pas prendre en compte ses découvertes : des fruits et des légumes BIO et frais, de la pancréatine, un peu de potassium… Comme on entend souvent dire : « ça se saurait si c’était vrai » ! Malheureusement, les chances sont minces de voir ces avancées être annoncées à grand renforts de publicité à la télévision ou à la radio…     
4.2. VERS UNE AUTRE MÉDECINE PLUS GLOBALE : LA NOUVELLE MÉDECINE (très quantique) DU Dr HAMER :

Aujourd’hui, avec le déversement des énergies divines sur notre planète et l’évolution actuelle des consciences qui en résulte, de plus en plus de médecins et autres personnels de la santé, acceptent de percevoir leur pratique comme s’inscrivant dans une autre logique, une approche plus globale, intégrative où le patient est un tout indivisible avec un corps physique, un esprit, un inconscient et une âme.

En clair, la notion de corps subtils englobant le corps physique, plus dense fait son petit bonhomme de chemin. Grâce à qui ? Aux patients, tout simplement, qui veulent savoir comment ça marche comme l’explique par exemple le Professeur Henri JOYEUX  dans une conférence qu’il a donnée sur « la santé, une question de bon sens » à Reims en 2012, extrait ICI (site qui présentent d’autres congrès du même type) ou ICI sur son coup de gueule sur notre système actuel médical gangrené par les lobbies pharmaceutiques et industriels.

Ainsi, la médecine globale, intégrative ou psychosomatique (ou « nouvelle ») reconnaît (plus ou moins suivant les écoles, personnalités et croyances de chacun) que des interactions existent entre :

Comment analysent-ils l’apparition du cancer ?

Sans nier les pollutions purement physiques responsables de l’apparition de cancers qui affectent énormément de personnes aujourd’hui (nourriture et eau empoisonnées, air vicié dans ou hors de nos maisons, champs et ondes électromagnétiques : détails ICI) contrairement à il y a quelques dizaines d’années, cette « nouvelle » médecine met en avant la capacité de réaction du cerveau de tout individu face, cette fois-ci, à une pollution à dominante psychique.

La question posée est simple : une situation de stress ou de conflit (volontaire ou non) a t-elle un impact direct sur notre santé ? Oui bien évidemment d’après lui et tous les tenants de cette médecine holistique. En effet, l’organisme, dont le but est continuellement l’homéostasie, ne l’oublions pas, interprète en fait cette situation comme si sa survie était menacée. Ni plus ni moins.

Le Dr Michel HENRARD pense que la découverte principale du Dr HAMER est « le rôle du cerveau impliqué dans toute maladie d’origine psychique : la perturbation d’un endroit précis en fonction de la façon dont nous avons ressenti un choc psychique insurmontable et les conséquences des dysfonctionnements de ce relais cérébral sur le fonctionnement de l’organe qui est sous son contrôle ».

Il y a donc un lien précis et vérifiable scientifiquement ( à l’aide d’un scanner) entre l’organe atteint et la zone du cerveau qui a été activée et qui a enclenché ce processus comme un système « d’auto défense », une sorte de stratégie d’adaptation. Dans ce cas, ce sont nos émotions qui mènent la danse, comme le détaille tous les tenants de l’univers de la psychobiologie et du décodage biologique.

Les traditions anciennes que l’on redécouvre en ce début de 21° siècle (!) nous ont déjà expliqué comment écarter toute maladie et infirmité même à un âge avancé. Grâce à une surveillance étroite et rapprochée de nos pensées, paroles (se connecter pour cela autant que possible à notre corps atmique ou notre corps divin via la méditation) afin d’avoir un impact au niveau quantique, donc au stade du quantum (unité de base de l’énergie et de la matière qui est de 10 à 100 millions de fois plus petit qu’un atome) sur nos corps subtils (corps astral et corps mental essentiellement). Ainsi, devra naître un état de « non stress », de paix, d’harmonie intégré, programmé dans ces quanta qui vont se précipiter :

  • dans un premier temps en atomes : l’énergie se transformant en matière comme l’expliquait LAVOISIER,
  • puis, dans un second temps, en cellules qui constitueront notre futur corps physique. C’est cela notre pouvoir d’auto guérison !

L’apport du Dr Ryke Geerd HAMER (décédé le 2 juillet 2017) :

Afficher l'image d'origineIl a mené des recherches pragmatiques et empiriques (vérifiées sur le terrain par exemple ici par Jean-Jacques Crevecoeur) sur le terrain auprès de plus de 15 000 patients qui a obtenu avec ses théories (non reconnus par la médecine officielle) des taux de réussite de 92 % si le patient est passé (avant lui) entre les mains de la médecine allopathique et de 98% s’il est directement venu vers la Médecine Nouvelle ! Qui dit mieux ?

Il a établi cinq lois biologiques (lois d’Arain du cancer) et qui, affirme t-il « peuvent être vérifiées à n’importe quel moment, sur n’importe qui et qui se passent d’hypothèses ».

Il démontre qu’une maladie grave comme le cancer n’est qu’une tentative de réparation (donc de guérison) mise en œuvre par le cerveau face à un choc émotionnel subi. Il suffit donc de le détecter puis de le défaire pour que le cerveau cesse à son tour la fabrication de cellules cancéreuses.

Vidéo réalisée par Jean-Jacques Crevecoeur et qui résume l’incroyable travail du Dr Hamer :

Le Dr HAMER affirme même que sa méthode pourrait être enseignée en 2 jours dans les universités ! Les exemples de guérison sont légion dans le livre « La médecine sens dessus dessous – Et si Hamer avait raison ? » (Éditions Amrita) de Giorgio Mambretti et Jean Séraphin.

Voici celui, assez démonstratif, d’une femme qui vit une frustration car elle surprend son mari au lit avec une autre. Devant ce fait, « elle peut déclencher un cancer de l’utérus sauf si elle ne voit qu’un conflit avec son partenaire, auquel cas, elle peut développer un cancer du sein. Mais si elle n’éprouve que de la répugnance, elle peut ne souffrir que d’une simple hypoglycémie à contrario d’un manque d’estime de soi qui sera responsable d’un cancer de l’os pubien ».

Reste à savoir comment faire pour désamorcer ce choc émotionnel (inscrit forcément dans le corps astral). Plusieurs options s’offrent au malade :

  • se faire opérer comme le proposent la plupart des médecins : à partir du moment où le patient est vraiment persuadé que cela fonctionne, il peut lui-même éteindre son foyer déclencheur et mettre fin à la « production » de cellules cancéreuses… Mais attention aux récidives…
  • suivre une thérapie naturelle si, même hypothèse que ci-dessus, le patient est persuadé de son efficacité mais rien n’empêchera là-aussi les récidives
  • ou enfin, réaliser l’importance de programmer la réussite grâce à un nettoyage psychique conscient. Il s’agit de découvrir ce choc initial et s‘assurer qu’il a été guéri. Pour aider le patient ou son thérapeute, le Dr Hamer a fait un lien concret et vérifiable scientifiquement (avec un scanner sur la partie du cerveau qui « actionne » la maladie) entre le choc émotionnel à l’origine du déclenchement de la maladie (rapide aperçu synthétique donné ici) :
  • bouche : quelque chose de dur à avaler ou à garder pour soi,
  • cœur : conflit perpétuel,
  • col de l’utérus : grave frustration,
  • estomac : colère impossible à digérer, sentiment d’avoir avalé trop de choses,
  • intestins : grosse accumulation de colère,
  • larynx : peur et effroi,
  • pancréas : anxiété, colère vis à vis de membres de la famille, d’un héritage,
  • peau : perte d’intégrité,
  • poumon : peur de souffrir ou de suffoquer, pour soi-même ou pour quelqu’un d’autre,
  • prostate :conflit terrible avec des associations ou des connections sexuelles,
  • rectum : peur d’être inutile,
  • reins : refus de vivre, conflit avec l’eau ou un liquide,
  • sein droit chez les gauchères : conflit avec les partenaires,
  • sein droit chez les droitières : conflit relatif à un enfant, au foyer ou à la mère,
  • testicules ou ovaires : sentiment de perte,
  • utérus : conflit sexuel,
  • vessie : conflit terrible, coups tordus.

Bien entendu, les théories du Dr Hamer s’appliquent à d’autres maladies, graves ou pas car il logique de considéré que si le corps met en route une maladie comme le cancer afin de « guérir » le corps, il en est de même pour TOUTES LES AUTRES MALADIES comme par exemple :

  • SIDA : pour lui, c’est bien la perception dévastatrice de la maladie qui, tout comme le cancer, provoque des effets dévastateurs,
  • angine de poitrine : conflit territorial en phase active et un infarctus en phase de guérison,
  • hémorroïdes : conflit d’identité chez les femmes droitières et colère territoriale en phase de guérison chez les hommes gauchers,
  • infarctus : lutte pour son territoire ou ce qu’il renferme,
  • sclérose en plaques et paralysie : impossibilité de s’échapper, de continuer ou de tenir bon, ou sentiment de ne pas savoir quoi faire,
  • rhumatisme : séparation brutale provoquant une douleur ou une souffrance.

Pour de plus amples explications, voici quelques ouvrages (il y a en a d’autres) et dans lesquels il est utile de plonger pour avoir les réponses que l’on cherche dans la relation « type de maladie »  et « organe atteint » :

  • « Le grand dictionnaire des malaise et des maladies » de Jacques MARTEL (mon avis : fortement recommandé : le plus célèbre, le plus ancien),
  • « Le sens des maux » aux éditions Néosanté en 2 volumes que j’affectionne tout particulièrement car il existe aussi un journal mensuel lié uniquement à ces décodage des maladies (mon avis : fortement recommandé aussi, très clair, accessible),
  • « Le décodage biologique des maladies »  aux éditions « Le souffle d’or » (mon avis : plus technique, moins abordable pour le néophyte).
  • « Comprendre sa maladie d’après les découvertes du Dr Hamer » du Dr Michel HENRARD : un des premiers médecins à avoir travaillé avec le Dr HAMER à la fin des années 80, radié à vie pour cela de l’Ordre des Médecins belge et obligé, pour pratiquer ses soins de s’étiqueter « Consultant en Sciences humaines » – Décédé en août 2012. Son livre expose une expérience de plus de 20 années pendant lesquelles l’auteur va expérimenter cette Nouvelle Médecine. Belle interview de Néosanté (n°5) où le Dr HENRARD pense que les « travaux du Dr HAMER changent tout ». En fait, il explique que tous les spécialistes qui ont voulu vérifier impartialement ces lois ont toujours conclu à leur validité. Par contre, au vu des enjeux économiques colossaux (et idéologiques !), ce médecin poursuit en expliquant que dès 1981, les travaux du Dr HAMER ont été attaqués tant la conception proposée est nouvelle et novatrice : elle ne fait pas partie des médecines alternatives car elle propose une alternative à la conception même de la maladie ! En effet, contrairement à la médecine psychosomatique (où seulement certaines maladies organiques ont une origine psychologique), la Médecine Nouvelle du Dr HAMER prétend que le psychisme (je parlerais des corps émotionnel et mental) intervient dans toutes les maladies et elle constate qu’il est effectivement bien à l’origine de nos modifications biologiques à l’exception bien entendu de certains facteurs externes (pollutions physiques ou déséquilibres inscrits dans nos mémoires)

(Revenir au plan de cette page)    

5. Synthèse : comment guérir d’une maladie grave :

Face à un taux de réussite de seulement 2 % (dans un délai de 5 ans après le traitement – chiffres officiels de l’Organisation Mondiale de la Santé), la chimiothérapie souffre d’un cruel manque de d’efficacité et de confiance : enquête en 2012 qui montre que 3 médecins sur 4 la refuseraient en cas de cancer !

Cette cure présentée ici en association avec une analyse des raisons psychiques d’apparition de la maladie reste spirituellement et statistiquement plus efficace pour faire disparaître définitivement la maladie. Ses atouts, en résumé :

  • elle prône avant tout l’auto-guérison : le patient peut et doit se prendre en charge une fois qu’il a compris que rien n’arrive par hasard et qu’il doit changer quelque chose en lui pour se connecter à une intelligence qui est en lui et qui n’est là que pour le faire avancer vers plus de compréhension de lui-même. Nous sommes tous des êtres spirituels, notre guérison va donc aussi dans le même sens. La maladie, aussi grave soit-elle, n’est qu’un feu rouge destiné à nous avertir, à nous alerter,
  • elle coûte moins cher : rien avoir avec les milliards d’euros dépensés chaque année (14 milliards rien que pour le cancer en France !) car il s’agit de privilégier (pour la partie physique) principalement une détoxification à travers l’absorption de jus de légumes et de fruits frais BIO,
  • elle va dans le sens du respect du libre arbitre du patient, donc de la vie elle-même et donne un SENS à la maladie. Le malade qui est au centre de sa guérison comprend les mécanismes que son corps a mis en route, condition sine qua non d’un rétablissement rapide et surtout durable à travers la recherche de la cause (ou des causes) de sa maladie et, in fine, la mise en œuvre d’une autre démarche apte à corriger l’information qui l’a déclenchée. Ainsi, les personnes rencontrées ont toutes le même avis sur leur vécu de malade (comme l’explique Michel DOGNA) : « cette épreuve m’a changé la vie », « je ne voudrais pour rien au monde avoir raté cela », « avant, j’étais endormi, maintenant, je vois la vie autrement », etc.
  • elle a largement prouvé depuis longtemps son efficacité : 40 % pour la méthode GERSON-KELLEY et au moins 92 % pour la Médecine Nouvelle de HAMER mais elle souffre depuis toujours d’un mépris des instances officielles qui restent encore trop au service des lobbies (formations, exercice du métier, enseignements, préventions, techniques de soin…). Le grand public, pour les mêmes raisons, reste aussi dans la plus grande méconnaissance des conséquences désastreuses des pollutions en tout genre qu’il respire ou avale quotidiennement.

Alors peut-on pratiquer cette cure pour guérir sans rechercher la ou les causes du dysfonctionnement ?

NON, absolument pas si on veut être sûr d’éviter une rechute.

Car, aujourd’hui, personne ne peut affirmer quelle est la proportion de maladies graves dont l’origine est purement physique ou, au contraire, exclusivement psychique.

Certes, il y a quelques dizaines d’années, ces dysfonctionnements étaient bien plus rares donc il est facile d’en conclure que la pollution actuelle et grandissante de l’air, de la terre, de l’eau, et de notre nourriture en général, est la principale cause de ce cataclysme.

Cependant, d’un autre côté, le taux de réussite du Dr HAMER (plus de 92 %) montre que si on s’attaque à nos désordres mentaux (logés dans nos corps subtils : émotionnel et mental principalement), à notre perception de la vie, de notre entourage, le corps arrête d’induire ces dysfonctionnements et tout redevient normal. Sans compter tous les individus qui, aujourd’hui, continuent à s’empoisonner sans vergogne (sans le savoir ou sans s’en préoccuper outre mesure) et qui ne sont pas malades pour autant parce que, peut-être, ils n’ont pas vécu ce fameux traumatisme décrit par le Dr HAMER. Cependant, ce dernier n’a jamais contesté l’existence de « causes externes » qu’il s’agisse de traumatismes divers, intoxications, irradiations, carences nutritionnelles et vitaminiques, affections génétiques… comme le précise le Dr HENRARD Michel dans une interview donnée au magazine Néosanté en septembre 2011.

Mais est-ce la bonne question à se poser actuellement ?

N’oublions pas que nous sommes entrés dans une ère bien différente de celle de nos aïeux où notre croissance spirituelle est grandement accélérée. Les chocs psychologiques seront plus fréquents, et les « pouvoirs » d’auto-guérison décuplés grâce à toute la Lumière que nos Grands Amis nous envoient de l’Autre Côté.

Ainsi, il est fort compréhensible, de plus en plus, de voir apparaître dans ce sens là des maladies graves qui trouvent rapidement une issue (guérison ou décès en fonction de nos choix) et qui soient plus liées à l’histoire personnelle de chacun : karma individuel, familial, de groupe voire de pays (exemple de l’Israël et de la Palestine).

(Revenir au plan de cette page)